OSI Bouaké - « Le sens de la famille » , un livre de AM Homes publié chez Actes Sud Accueil >>  Zone Franche

« Le sens de la famille » , un livre de AM Homes publié chez Actes Sud



France Inter - jeudi 3 septembre 2009

L’émission de Kathleen Evin, L’humeur vagabonde, est consacrée ce soir à A.M. Homes, à l’occasion de son livre, « le sens de la famille » publié chez Actes Sud. Traducteur simultané Xavier Combes

Même si la famille adoptive est formidable, même si l’amour et la compréhension existent de part et d’autre, l’enfant qui vient d’ailleurs conserve sa vie durant la blessure terrible et inguérissable d’avoir été abandonné. C’est cela qui fait se sentir différent des autres, rêver à des parents idéalisés, avoir sans cesse le sentiment de marcher au dessus du vide.

1993 fut une année terrible pour A.M. Homes, l’année où elle apprit le nom de ses parents biologiques, sa mère ayant brusquement décidé de retrouver le bébé qu’elle avait abandonné 31 années auparavant. Ecrivain, engagé dans la vie politique et intellectuelle de New York, AM Homes commençait alors à trouver son public et la reconnaissance de la critique après ses premiers romans. C’est le récit bouleversé et bouleversant de l’irruption dans sa vie de parents littéralement « étrangers » , si loin de ses rêves d’enfant et de ses choix d’adulte, qu’elle nous livre aujourd’hui. « Le sens de la famille » vient de paraître chez Actes Sud.

Le reportage de Martine Abat :

Rencontre avec la famille Barraud, Antoine, le papa, Sylvie, la maman et Mario, leur fils de 9 ans, né à Madagascar et adopté en 2002 alors qu’il avait un peu plus de 2 ans. Une adoption heureuse, rassurante pour Mario qui a une photo de sa maman. Il sait qu’il pourra un jour la revoir, et cela le rassure.


Publié sur OSI Bouaké le jeudi 3 septembre 2009



LES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE


« Le sens de la famille » , un livre de AM Homes publié chez Actes Sud
13 juin 2012, par Sand   [retour au début des forums]

Ce livre illustre la manière dont une "quête des origines" peut se transformer en gouffre. Au fil de la lecture, on chemine auprès de l’auteure qu’aucune réponse ne vient apaiser, et qui s’enfonce peu à peu dans des questions toujours plus nombreuses et insondables. Son histoire familiale lui échappe, les circonstances de l’origine de sa vie apparaissent de plus en plus complexes, les retrouvailles tant espérées se transforment en rencontre avec une femme qui n’est pas mère (comme dans le film de Miller, Je suis heureux...). Son roman familial reste troué, échappant sans cesse à une connaissance pleine et entière, chaque ’découverte’ créant de nouvelles zones d’ombres. Ces déchirures de l’histoire personnelle et familiale, qui sont pourtant le lot commun de nombreux itinéraires de vie (orphelinage, migrations, placements, déportations etc. cf le livre récent de Jablonka) est ici vécu comme singulier et non partageable, spécifique à l’adoption. A mon sens, ce livre est une parfaite illustration de la théorie culturelle très partagée dans nos sociétés actuelles, qui explique les difficultés psychologiques des adoptés par une souffrance à l’endroit des origines, qui pourrait s’apaiser par la fameuse "quête".