OSI Bouaké - Seize Haïtiens sans papiers arrêtés à Orly Accueil >>  Zone Franche

Seize Haïtiens sans papiers arrêtés à Orly



LeMonde.fr Avec AFP | 27.12.10

Seize Haïtiens sans visa qui souhaitaient rejoindre une partie de leur famille en France ont été interpellés à l’aéroport parisien d’Orly. Ils ont ensuite été placés en zone d’attente, selon des sources judiciaires.

Seize autres Haïtiens, arrivés en France le même jour, seraient retenus en zone d’attente à Roissy - Charles-de-Gaulle, selon l’association d’aide aux étrangers Réseau éducation sans frontières (RESF). Présentés lundi devant un juge, plusieurs des Haïtiens retenus à Orly ont été remis en liberté pour vices de procédure ou en raison de leur garantie de représentation. Le parquet a fait appel selon des sources judiciaires.

Agés de 20 à 29 ans, ces Haïtiens, qui ont tous de la famille en France, sont arrivés jeudi de Port-au-Prince munis de visas pour se rendre au Bénin. Ils ont alors été arrêtés par des fonctionnaires de la police aux frontières qui les soupçonnaient d’utiliser ces visas de transit pour s’établir illégalement en France.

Ces arrestations ont eu lieu alors que près de 200 enfants haïtiens adoptés sont arrivés juste avant Noël en France ; elles suscitent l’indignation de RESF. "On ne peut pas d’un côté se féliciter que des enfants soient accueillis devant les caméras et de l’autre côté maintenir ceux qui souhaitent rejoindre leur famille en zone d’attente pour les expulser", a dénoncé Richard Moyon, militant de l’association.

Le 12 janvier prochain sera commémoré le premier anniversaire du séisme qui a fait 217 000 morts en Haïti. Après ce drame, les autorités françaises s’étaient engagées à faciliter l’accueil des victimes en allégeant les conditions du regroupement familial et de délivrance des visas.


VOIR EN LIGNE : Le Monde
Publié sur OSI Bouaké le mardi 28 décembre 2010

LES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE


Seize Haïtiens sans papiers arrêtés à Orly
28 décembre 2010, par Sand   [retour au début des forums]

"On ne peut pas d’un côté se féliciter que des enfants soient accueillis devant les caméras et de l’autre côté maintenir ceux qui souhaitent rejoindre leur famille en zone d’attente pour les expulser" : Que nos amis de RESF l’entendent : si, si, on peut parfaitement se féliciter... enfin les français le peuvent, manifestement. Ils ont même voté pour cela.

Ce qui me fait sourire (jaune), c’est l’âge desdits haïtiens : à quelques années près, ils auraient pu prétendre à être adoptés !

Seize Haïtiens sans papiers arrêtés à Orly
30 décembre 2010, par Sand   [retour au début des forums]

Remise en liberté des Haïtiens sans papiers arrêtés à Orly

LeMonde.fr avec AFP | 29.12.10

C’est "un grand soulagement" pour quinze Haïtiens, arrivés jeudi sans visa en France et placés en zone d’attente à l’aéroport d’Orly. La cour d’appel de Paris a ordonné, mercredi 29 décembre, leur remise en liberté. Au total, les trente-deux Haïtiens arrivés le même jour de Port-au-Prince, munis de simples visas de transit, ont tous été libérés par la justice. La cour d’appel a confirmé les remises en liberté en mettant en avant les garanties de représentation de ces personnes qui ont toutes de la famille dans l’Hexagone.

POSSIBLE "FILIÈRE D’ÉMIGRATION CLANDESTINE"

De son côté, l’avocat général avait appelé à leur maintien en zone d’attente. Relevant qu’elles étaient munies de visas d’étudiant pour le Bénin, il estimait qu’il s’agissait d’une "filière organisée d’émigration clandestine" "Ce n’est pas parce que la situation est particulièrement difficile en Haïti (...) que ses ressortissants peuvent s’aventurer à pénétrer dans un autre pays en détournant les procédures", a-t-il ajouté.

Parvenus dimanche à Roissy, quarante-trois autres Haïtiens doivent être présentés à partir de jeudi matin devant un juge des libertés de Bobigny.

A quelques semaines du premier anniversaire du séisme qui a fait plus de 250 000 morts dans l’île le 12 janvier, Haïti est en proie à une épidémie de choléra et à une forte instabilité politique depuis les élections présidentielle et législatives du 28 novembre