OSI Bouaké - Proposition de la HAS de dépistage du sida : satisfaction de Aides et Act Up Accueil >>  VIH/Sida

Proposition de la HAS de dépistage du sida : satisfaction de Aides et Act Up



AFP, 21 octobre 2009, Paris - Les associations de lutte contre le sida   Act Up-Paris et Aides se sont félicitées mercredi, dans des communiqués séparés, des recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) en faveur d’un renforcement du dépistage du virus du sida  .

Une proposition systématique du dépistage du VIH  /sida   présente "deux intérêts manifestes", selon Act Up : "permettre une prise en charge précoce" et "contribuer à réduire le nombre de nouvelles infections en diminuant le nombre de personnes porteuses du virus qui ignorent leur séropositivité".

La mesure "aurait dû être mise en place il y a au moins trois ans", ajoute l’association, rappelant qu’elle figurait dans les recommandations du Conseil national du sida   en 2006.

De son côté, Aides souligne qu’elle "prône depuis des années un dépistage proposé systématiquement à toute la population avec une offre adaptée pour les populations le plus vulnérables au virus du VIH  /sida  ".

"Il est plus que jamais indispensable que chacun puisse avoir accès à un dépistage adapté", ajoute Aides. L’association "demande une évolution du cadre législatif pour favoriser la mise en place de projets de dépistage communautaire les mieux adaptés aux besoins et aux pratiques des personnes".


Publié sur OSI Bouaké le jeudi 22 octobre 2009

LES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE


Proposition de la HAS de dépistage du sida : satisfaction de Aides et Act Up
22 octobre 2009, par didier   [retour au début des forums]

le mot "volontaire" semble suffisant pour emporter l’adhesion d’Aides et d’Act Up...

Proposition de la HAS de dépistage du sida : satisfaction de Aides et Act Up
22 octobre 2009, par Sand   [retour au début des forums]

L’art de se retrouver seule en 2 minutes. A l’occasion de cette actualité, j’ai eu le déplaisir d’entendre hier que tous les scientifiques étaient d’accord avec cette mesure, et ils ont ressorti les vieux démons : un dépistage généralisé certes, mais spécialement auprès des "groupes les plus à risque". Le Pr Delfraissy disant sur France Inter qu’en fait, il fallait arrêter avec le politiquement correct et oser dire qu’il y a des groupes plus à risque que les autres. Allez hop, "back to the future", finies les obsolètes "pratiques à risque" et retour du bon vieux "groupe à risque", plus facile à circonscrire. Hier, Act Up et d’autres acteurs associatifs de la lutte contre les drogues, dénonçaient conjointement le retour 20 ans en arrière en matière de prévention avec le retour de la stigmatisation des usagers. Aujourd’hui, les associations se félicitent d’une systématisation du dépistage du VIH  , sans mise en garde ni réserves, alors même que cela signe l’échec de la politique incitative pour un dépistage volontaire résultant d’une démarche active de la personne, actrice de sa santé. La question qui n’intéresse visiblement que moi est donc : pourquoi cet échec ? Pourquoi est-ce que les personnes ne se font pas dépister ? Il me parait difficile de mener une prévention efficace lorsqu’on n’est pas prêt à regarder en face les déterminants sociaux et politiques des comportements.

Heureusement, malgré le titre de son article, Christophe Martet émet des réserves et formule les risques d’une telle mesure. Un risque me semble majeur : il y a une corrélation entre les conditions de l’annonce du diagnostic et la capacité à faire face à sa maladie (surmonter le choc psychologique, se faire suivre par un médecin, adhérer aux traitements... et protéger ses rapports sexuels). En particulier, les personnes qui n’identifient pas qu’elles ont pris des risques ont tendance à accepter facilement la proposition de dépistage et ne sont pas préparées au choc de l’annonce. Je ne comprends pas les associations, elles qui - comme moi - accueillent tous les jours des femmes mariées qui viennent d’apprendre leur séropositivité au détour d’une grossesse (super bon moment pour apprendre sa contamination !) : elles sont sonnées, mises face à de l’impensable, de l’inimaginable, quelque chose de si violent et inattendu qu’elle ne parvienne pas à se le représenter. Ce dépistage rapidement consenti produit une catastrophe psychique qui n’est pas favorable à la prévention. Des personnes séropositives mal dépistées pourraient avoir davantage tendance à vivre cachés et davantage de comportements sexuels à risques. C’est ce que l’article de Rue89 appelle en matière de drogues, l’effet boomerang.

Mais je ne voudrais pas troubler cette belle unanimité entre scientifiques, politiques et associatifs. Je ne sais pas si je délire seule dans mon coin. Je ne sais si je dois me taire ou écrire un article de fond pour exposer mes arguments sur ces questions. Je réfléchis...

Proposition de la HAS de dépistage du sida : satisfaction de Aides et Act Up
22 octobre 2009, par didier   [retour au début des forums]

moi ce qui me choque c’est, tu as raison, la réapparition des groupes à risque" rebaptisés par le HAS, "groupes vulnérables", mais clairement énoncés : je cite : "homosexuels", "hétérosexuels à partenaires multiples", "usagers de drogue", "d’origine étrangère..." on est en complète régression... et une telle proposition proposée par un gouvernement qui vient de nous illustrer ces jours ci , son goût pour le fichage tout azimut, en nous resservant du Edvige tiède...cette mesure ne m’inspire aucune confiance... il restera à remplacer le mot "volontaire" par "obligatoire" et le tour est joué... Sans céder à la parano, on voit bien qu’il n’est pas besoin d’aller jusque là, et qu’avec ce texte la stigmatisation est déjà en marche, et on sait ce quelle produit comme effets désastreux et contre productifs en matière de santé publique, les débats pourtant récents sur le barebacking, et toute l’histoire de la réduction des risques en matière de drogues…sont pourtant là pour nous livrer leur enseignements… Si la droite la plus rude a à ce point recolonisé les esprits même jusque dans les rangs associatifs…ç’est encore plus grave et plus triste que je l’imaginais…

Mes amitiés aux homosexuels à partenaire multiple usagers de drogue et d’origine étrangère…