OSI Bouaké - Neuf ans de prison pour avoir transmis le virus du sida à son amie Accueil >>  VIH/Sida

Neuf ans de prison pour avoir transmis le virus du sida à son amie



Le Monde.fr avec Reuters | 28.10.11 |

Un homme de 35 ans a été condamné vendredi 28 octobre à neuf ans de prison aux assises de Paris pour avoir transmis en connaissance de cause le virus du sida   à son amie en 2004, un type d’affaires rarement poursuivies au pénal.

L’accusation avait demandé huit à dix ans de prison, mais l’avocat de la défense, Pascal Garbarini avait, démarche rare, répliqué en suggérant aux jurés dans sa plaidoirie de prononcer une peine de cinq ans de prison avec sursis assortie d’une "mise à l’épreuve", sorte de contrôle judiciaire.

C’est la quatrième affaire de ce type jugée en France mais la première à venir devant une cour d’assises, où la peine maximale encourue pour "administration de substances nuisibles" est de quinze ans de réclusion contre dix ans en correctionnelle.

Hicheim Gharsallah, déja emprisonné depuis trois ans, a reconnu les faits lors du procès ouvert lundi. "Je suis un salaud, un traître, je ne pensais qu’à mon plaisir", a-t-il dit aux jurés. Sa victime était partie civile, ainsi que deux autres ex-amies de l’accusé, qui n’ont pas contracté la maladie mais ont été exposées au risque et demandaient donc réparation.


VOIR EN LIGNE : Le Monde
Publié sur OSI Bouaké le dimanche 30 octobre 2011

LES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE


Neuf ans de prison pour avoir transmis le virus du sida à son amie
30 octobre 2011, par Sand   [retour au début des forums]

Leçons apprises :

  • En France, il vaut mieux ignorer sa sérologie, si l’on veut être à l’abri de poursuites judiciaires ;
  • Aux yeux de la justice, le statut de celui/celle qui a des relations sexuelles sans préservatif varie selon sa sérologie : criminel s’il est séropositif, victime s’il se pense séronégatif. Moi, j’appelle ça une quiche, mais bon...
  • Il vaut mieux transmettre le VHC, la tuberculose ou une bonne grippe si l’on veut se débarrasser efficacement et sans risque pénal, d’une personne de son entourage.

C’est vraiment n’importe quoi !