OSI Bouaké - La Colifata et Les Z’entonnoirs : Plus on est de fous plus on rit ! Accueil >>  Psychologie géopolitique

La Colifata et Les Z’entonnoirs : Plus on est de fous plus on rit !



OSI Bouaké - 31 octobre 2009

"La radio est là pour écouter les fous" : voilà ce qu’on entend quand on se branche sur la radio des "gens de l’intérieur", ceux qui vivent entre les murs des hôpitaux psychiatriques.

La colifata est une radio animée par les internés de l’hôpital Borda à Buenos Aires, en Argentine (voir le site officiel de la Colifata).

Basée à Buenos Aires, la Colifata émet depuis un hôpital psychiatrique. Aidés par quelques intervenants extérieurs, les animateurs ont un rapport singulier avec cet outil de communication. La radio est pour eux une échappatoire et un moyen de dire ce qu’ils ont à l’intérieur. Créée en 1991, la Colifata est aussi le nom d’une association. Elle utilise la radio mais aussi la télévision comme instruments thérapeutiques dans une démarche clinique et sociale. Elle est pour tous ses patients un lien avec le monde extérieur.

La Colifata est soutenue par Manu Chao qui a enregistré un album avec l’association. Un travail super vivant qui colle à la peau de Manu Chao, grand magicien du montage paroles pleines de sens/rythmes irrésistibles. Voir la collaboration entre Manu Chao et la Colifata (articles, vidéos, sons...).

Les Z’entonnoirs ? C’est le nom d’une émission hebdomadaire enregistrée tous les lundis à la Condition Publique à Roubaix, par les patient-e-s et infirmier-e-s de différents centres médico-psychologiques (CMP) de Roubaix (Nord de la France). Voir le site des Z’entonnoirs. L’émission est accompagnée et co-réalisée par l’association Autres(M)Ondes. Le programme d’une heure est multi-diffusé chaque semaine sur différentes radio associatives et libres :

Radio Boomerang : sur le 89.7 FM autour de Roubaix Radio Campus Lille : sur le 106.6 FM autour de Lille 48FM : sur le 88.8 FM autour de Liège


L’émission Mégahertz du samedi 31 octobre 2009 est consacrée à La Colifata et aux Zentonnoirs. Elle est animée par Joseph Confavreux, est diffusée sur France culture le samedi de 14h30 à 15h30.

Avec Ramon Chao, écrivain et correspondant de La Colifata à Paris et des animateurs des Z’entonnoirs, émission hebdomadaire enregistrée tous les lundis à la Condition Publique à Roubaix, par les patient(e)s et infirmier(e)s de différents centres médico-psychologiques (CMP) de Roubaix (Nord de la France).


Publié sur OSI Bouaké le samedi 31 octobre 2009



La Colifata et Les Z’entonnoirs : Plus on est de fous plus on rit !
16 février 2010, par Sand   [retour au début des forums]

Les Z’Entonnoirs : des « fous » citoyens sur les ondes depuis cinq ans

La Voix du Nord - 16 février 2010 - par Aurélie Constant

Ils sont patients de l’EPSM (Établissement public de santé mentale) de l’agglomération lilloise, mais ne veulent surtout pas être réduits à ce statut de malades. Depuis cinq ans, Bruno, Gilbert, Marie Jessica et les autres officient chaque semaine sur Radio Boomerang, Radio Campus et RCV, avec une émission où liberté et autodérision sont les maîtres mots, Les Z’Entonnoirs.

Le titre de l’émission affiche la couleur : ici, on se revendique « fou ». Les animateurs des Z’Entonnoirs sont des patients de l’Établissement public de santé mentale (EPSM) de l’agglomération lilloise, des malades atteints de troubles psychiques. Derrière le micro, ils sont accompagnés par des infirmiers. Chaque semaine, ils offrent aux auditeurs de Radio Boomerang, Radio Campus et RCV un moment de liberté.

Donner la parole à ceux qui ne l’ont pas, c’est l’objectif « citoyen » des Z’Entonnoirs. Bruno dit des poèmes de sa composition, Tahar tient sa chronique hebdomadaire sur l’environnement... « Cette émission de radio considère les patients comme des citoyens en leur donnant le droit à la parole, précise Erika Schröder, chef de projet à l’EPSM. Le patient n’est plus un objet de soin, mais un citoyen capable d’accéder à une offre culturelle. À travers la radio, les patients peuvent s’exprimer, débattre, discuter sans intermédiaire, librement sur les ondes. Nous voulons donner la parole à ceux qui ne l’ont pas et donner une autre image de la maladie mentale. » « Citoyen avant tout, thérapeutique après tout », c’est le slogan des Z’Entonnoirs. Car la radio est une alternative aux méthodes de soin traditionnelles pour l’EPSM. La participation d’un malade à l’activité se fait en accord avec le psychiatre. Elle s’adresse à des patients « stabilisés », sortis de l’EPSM ou qui fréquentent l’hôpital de jour. « Ces personnes sont victimes d’une double aliénation (mentale et sociale) et la radio est un moyen d’agir sur ce dernier point », précise l’EPSM. Pour Awa, « la radio nous fait sortir de nos habitudes, de la routine, elle décrasse notre esprit qui se met en éveil, ce qui contribue à faire reculer la maladie ». « En arrivant chaque lundi matin à la Condition publique pour la journée d’enregistrement, on n’est pas toujours bien, raconte Joëlle,mais en faisant de la radio, on oublie nos problèmes et on voit les soignants sous un autre angle. Le soir de l’enregistrement, on n’a pas besoin de somnifères pour dormir. » Cet atelier permet aussi de sortir les personnes de l’isolement propice à la rechute.

Les premiers résultats sont très satisfaisants pour l’EPSM. À ce jour, 151 émissions ont été enregistrées et 45 patients y ont participé. « Depuis cinq ans que le projet a été lancé, l’enthousiasme des participants ne faiblit pas. D’ailleurs, on voit souvent des nouveaux venus intégrer l’équipe habituelle d’une vingtaine de personnes. » Les Z’Entonnoirs, première émission de ce type en France, a même fait des émules : une émission du même genre est en train de se créer à Paris.

http://www.tourcoing.maville.com/actu/actudet_-Les-Z-Entonnoirs-des-fous-citoyens-sur-les-ondes-depuis-cinq-ans_met-1266179_actu.Htm