OSI Bouaké - L’événement anthropocène Accueil >>  Zone Franche

L’événement anthropocène



OSI Bouake, DG, 21 Avril 2014 - Avec un peu de retard, (le temps de la lecture), je voudrais vous présenter ici un double événement :

  • le concept de l’anthropocène et sa genèse,
  • et la naissance d’une collection littéraire, prometteuse, qui en prend le nom (voir en fin d’article)

L’Anthropocène  [1], consiste à cesser de nommer les problèmes environnementaux que nous connaissons aujourd’hui, sous le terme de "crise", et à prendre conscience que la terre est entrée dans une nouvelle ère géologique dont les changements sont d’origine humaine !

En effet, depuis la révolution ndustrielle, notre planète a basculé vers un nouvel état. Nous savons maintenant que les traces de notre mode de vie, consumériste, chimique et nucléaire resteront des milliers voire des millions d’années dans les archives géologiques de la planète et auront des effets considérables sur les sociétés humaines. C’est tout cela l’Anthropocène.

L’acception de ce concept et l’emploi de son vocabulaire est décisif pour comprendre ce changement majeur.

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

Christophe Bonneuil [2] , Jean-Baptiste Fressoz [3] nous proposent de le découvrir dans leur livre "l’événement Anthopocène" [4]

"Faisant dialoguer science et histoire, les auteurs dressent l’inventaire écologique d’un modèle de développement devenu insoutenable, ébranlent bien des idées reçues sur notre prétendue « prise de conscience environnementale » et ouvrent des pistes pour vivre et agir politiquement dans l’Anthropocène"


« L’anthropocène, une révolution géologique d’origine humaine » Libération - Laure NOUALHAT - 25 octobre 2013

Selon les chercheurs, la Terre serait entrée dans une nouvelle ère avec la modernité industrielle. L’historien Christophe Bonneuil décrit un concept qui met à mal un modèle de développement devenu insoutenable.

Ce n’est pas la fin du monde mais celle d’une ère assurément. Si les 11 500 dernières années ont connu des conditions de vie relativement stables permettant à l’homme de sauter de la terre labourée du néolithique au sol lunaire, désormais nous filons vers l’inconnu. La planète est entrée dans une nouvelle ère géologique baptisée anthropocène, née il y a deux siècles avec la révolution thermo-industrielle. Autour de ce concept, la communauté scientifique dans son ensemble s’interroge sur nos représentations du monde. Car cette époque interpelle les certitudes de notre modernité, de notre mode de développement et de notre vision du monde. Historien au CNRS, Christophe Bonneuil publie, avec Jean-Baptiste Fressoz, l’Evénement anthropocène, dans la dernière collection des éditions du Seuil, baptisée Anthropocène, où sciences, sociologie, philosophie, anthropologie, histoire, activisme et politique entrent en dialogue pour décrypter cette nouvelle ère et les façons d’habiter dignement la Terre. Le sujet fera l’objet d’un colloque, Thinking The Anthropocène, les 14 et 15 novembre, à Paris.

Comment naît le concept d’anthropocène et que recouvre-t-il ?

C’est le géochimiste et prix Nobel Paul Crutzen qui, dans un article dans la revue Nature en 2002, a avancé la thèse que, depuis deux siècles, la Terre est entrée dans un nouvel âge géologique marqué par la capacité de l’homme à transformer l’ensemble du système Terre. Encore tout récemment, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat [Giec] annonçait sa certitude désormais quasi absolue - à 95% - sur l’origine humaine des changements climatiques.

Quand est-on entré dans cette ère ?

Il existe trois thèses à ce sujet. La première remonte à la période où l’ensemble des cultures humaines auraient stabilisé le système climatique en empêchant le retour à un nouvel âge glaciaire. En gros, cela démarrerait au néolithique, avec les débuts de l’agriculture et de l’élevage. Une autre thèse met l’accent sur la « grande accélération » d’après 1945, lorsque l’ensemble des indicateurs de l’empreinte humaine sur la Terre - démographie, émissions de CO2, consommation d’énergie, extinction de la biodiversité, recul des forêts, cycles de l’azote et du phosphore, etc. - montent à l’exponentiel. Cela dit, l’empreinte humaine s’est intensifiée dès le XIXe siècle.

La thèse la plus acceptée par les scientifiques - celle de Crutzen - fait débuter l’anthropocène au début de la révolution thermo-industrielle, c’est-à-dire symboliquement en 1784, date du brevet de Watt perfectionnant la machine à vapeur. C’est aussi la périodisation la plus pertinente pour les historiens car, comme l’a montré Kenneth Pomeranz, c’est justement au tournant des XVIIIe et XIXe siècles que se produit la « grande divergence », où la Grande-Bretagne, grâce aux « hectares fantômes » du charbon et du Nouveau Monde (coton, sucre, bois…), surmonte une crise des ressources (bois, alimentation…), qui est source de tensions sociales. Elle écrase alors les autres pays, et notamment la Chine, en déployant son hégémonie à travers le monde et inaugurant un modèle économique intensif en capital et en énergie. Depuis, ce modèle s’est mondialisé et le tableau de bord des indicateurs de l’emprise humaine sur la planète - climat, biodiversité, cycle de l’azote, du phosphore et de l’eau, démographie urbaine, consommation de papier, barrages, déforestation - a viré au rouge.

Ce nouvel âge géologique est-il reconnu scientifiquement ?

Pas encore, et ce ne sera pas avant 2016, lors de la prochaine réunion de la commission stratigraphique internationale, que la question sera tranchée par les géologues. Mais en attendant, le concept est déjà devenu un carrefour de ralliement entre géologues, écologues, spécialistes du climat, historiens et philosophes, pour penser ensemble cet âge dans lequel l’humanité est devenue une force géologique majeure.

Pourquoi inventer un terme ? La crise environnementale ne suffit-elle pas ?

Dire qu’on est entrés dans l’anthropocène, c’est dire qu’il ne s’agit pas d’une crise passagère, qu’on peut oublier entre deux Sommets de la Terre au nom de la sacro-sainte croissance, mais d’une révolution géologique d’origine humaine. L’histoire humaine a rendez-vous avec l’histoire de la Terre : les humains pèsent sur le devenir géologique de la planète, tandis que les limites et les processus globaux de la Terre ont fait irruption sur la scène politique, dans nos vies quotidiennes, dans nos corps. Ce télescopage est sidérant.

N’est-ce pas un terme trop technique et trop pessimiste pour mobiliser la société face aux menaces en cours ?

Le concept d’anthropocène est une remise en question massive de notre modernité industrielle et de ses grands partages. Les récits officiels de l’anthropocène comprennent cependant des limites, tant pour l’action politique que pour la pensée. Le risque politique, ce serait de se dire que l’action humaine n’est plus rien, ne peut plus rien ; de croire que puisque le problème serait d’ampleur géologique, alors seuls les experts scientifiques pourraient y remédier. Le risque pour la pensée, ce serait un aplatissement du social, de sa complexité ; ce serait de se laisser désarmer par le côté inouï de l’alerte scientifique. Si les travaux scientifiques sont incontournables, il est des grands récits et des catégories indifférenciées, comme celle de « l’espèce humaine », dont il faut se déprendre pour comprendre et changer les mécanismes historiques qui nous enfoncent dans l’anthropocène.

Pas question d’abandonner les concepts de pouvoir, de classe ou de capitalisme qui n’auraient plus lieu d’être, puisqu’il ne faudrait penser qu’en termes d’espèce. Loin d’un « anthropos » indifférencié, il y a des asymétries qui sont constitutives des dérèglements écologiques globaux. C’est vrai autour de 1800 à propos des liens entre impérialisme et entrée dans l’anthropocène ; c’est également vrai, autour de 1950, du lien entre grande accélération et guerre froide, entre entrée dans le consumérisme et échange inégal avec les pays du Sud.

Comment pourrait s’articuler ce nouveau travail de recherche ?

Les sciences humaines doivent intégrer les données et méthodes des sciences naturelles, sans pour autant gommer ou naturaliser les asymétries sociales. Avec ce livre, Jean-Baptiste Fressoz et moi avons esquissé ce que serait une histoire politique de ces courbes en plein essor, levé le voile sur les choix militaires, techniques ou politiques qui ont contribué à leur essor. On ne peut pas uniquement compter sur l’accumulation de données scientifiques pour mobiliser. Ni même sur la pédagogie des catastrophes, comme en témoigne l’oubli de Fukushima. Il y a besoin de produire du sens, besoin de mettre en récit, de symboliser, de forger de nouveaux imaginaires collectifs du passé et de l’avenir.

Vous récusez l’idée selon laquelle nous serions entrés dans l’anthropocène sans le savoir. Au contraire, l’ensemble des choix politiques, techniques ou militaires nous ont conduits où nous sommes de manière plus ou moins consciente.

Peut-on penser que, vers 1820, la bourgeoisie industrielle de Manchester ne savait pas qu’elle plaçait des milliers d’ouvriers dans des conditions de travail et des pollutions urbaines atroces, ou que le coton et le sucre qu’elle importait étaient produits par des esclaves ? Avec les travaux historiques dont on dispose depuis une quinzaine d’années, on ne peut plus croire que les protagonistes - savants ou populaires, puissants ou subalternes - du tournant du XVIIIe au XIXe siècle n’avaient pas de savoirs et de préoccupations sur les évolutions du climat, sur le recul des forêts ou les pollutions industrielles.

Des naturalistes, des forestiers écrivent sur les changements climatiques, hydrologiques et pédologiques induits par la déforestation, et certains en appellent au charbon comme solution… Un précurseur du socialisme comme Charles Fourrier écrit un texte en 1821 sur la « dégradation matérielle de la planète », accusant le capitalisme industriel naissant. La période 1750-1830 est riche de savoirs qui prennent pour objet les interactions réciproques entre climats, corps et politique ; elle est riche aussi de contestations multiformes de ce nouvel ordre industriel.

C’est peu à peu que se stabilise cet ordre, y compris en instaurant des coupures, des domaines réservés et des zones d’ignorance dans les champs de savoirs. En même temps que l’Europe propulsait le monde dans l’anthropocène, s’y séparaient et s’institutionnalisaient deux types de savoirs, deux cultures jumelles du naturalisme occidental radiographié par l’anthropologue Philippe Descola. Aux sciences humaines et sociales le récit « antinature » de l’émancipation comme arrachement aux déterminismes naturels. Aux sciences physiques et biologiques le récit « inhumain » de l’évolution de la Terre et la vie, relevant d’une autre temporalité, longue et impassible aux tribulations humaines. Lyell d’un côté, Michelet de l’autre : c’est dans ce divorce des deux cultures que les moutons de la modernité industrielle furent bien gardés et que les mille attachements qui nous lient à la Terre furent passés au second plan !

Beaucoup refusent le concept d’anthropocène. En quoi est-il dérangeant ?

Il défie l’impunité. En mettant en face de chaque action de l’homme des conséquences d’une ampleur telle qu’elles bouleversent non seulement l’histoire de la planète mais aussi la nôtre, l’anthropocène condamne à la responsabilisation.


Les editions du Seuil, donne la parole à ceux qui pensent ce nouvel age et nous parle de ses bouleversements profonds, dans une collection qui s’appelle l’Anthropocène. Présentation :

"Ce n’est pas la fin du monde. C’est la fin d’une époque.

Nous sortons en effet des conditions biogéoclimatiques relativement stables pendant 11 500 ans de l’Holocène, qui firent de la Terre la mère des civilisations humaines. Et nous filons exponentiellement vers l’inconnu, vers des états que le système Terre n’avait pas connus depuis des millions d’années. La Terre est entrée dans une nouvelle époque géologique, l’Anthropocène, né il y a deux siècles avec la révolution thermo-industrielle.

Cette situation inédite et mal prédictible questionne les certitudes de notre modernité, notre mode de développement, notre être collectif au monde.

Le concept d’Anthropocène est désormais un signe de ralliement entre scientifiques des diverses sciences du système Terre, chercheurs des humanités environnementales (philosophie, histoire, anthropologie…) et acteurs des alternatives et des luttes socio-écologiques, pour penser ensemble cet âge dans lequel l’humanité est devenue une force géologique majeure, à l’origine d’une crise écologique globale et profonde.

Philippe BIHOUIX, L’Âge des low tech

Face aux signaux alarmants de la crise globale – croissance en berne, tensions sur l’énergie et les matières premières, effondrement de la biodiversité, dégradation et destruction des sols, changement climatique et pollution généralisée – on cherche à nous rassurer. Les technologies « vertes » seraient sur le point de sauver la planète et la croissance grâce à une quatrième révolution industrielle, celle des énergies renouvelables, des réseaux intelligents, de l’économie circulaire, des nano-bio-technologies et des imprimantes 3D. Plus consommatrices de ressources rares, plus difficiles à recycler, trop complexes, ces nouvelles technologies tant vantées nous conduisent pourtant dans l’impasse. Ce livre démonte un à un les mirages des innovations high tech, et propose de prendre le contre-pied de la course en avant technologique en se tournant vers les low tech, les « basses technologies ». Il ne s’agit pas de revenir à la bougie, mais de conserver un niveau de confort et de civilisation agréables tout en évitant les chocs des pénuries à venir. S’il met à bas nos dernières illusions, c’est pour mieux explorer les voies possibles vers un système économique et industriel soutenable dans une planète finie.

Bernard CHARBONNEAU, Jacques ELLUL, Nous sommes des révolutionnaires malgré nous

« Aujourd’hui, toute doctrine qui se refuse à envisager les conséquences du progrès, soit qu’elle proclame ce genre de problèmes secondaires (idéologie de droite), soit qu’elle le divinise (idéal de gauche), est contre-révolutionnaire. »

Visionnaires, Charbonneau et Ellul rejetèrent dos à dos les voies libérales, soviétique et fascistes. Dès les années 1930, ils ouvrirent une critique du « Progrès » et du déferlement de la technique et de la puissance au détriment de la liberté.

La solution : une révolution contre le nouvel absolutisme du triptyque Science-État-Industrie ; une insurrection des consciences ; un projet de civilisation ancré dans un nouveau rapport à la nature.

Ce recueil rassemble quatre textes sources de l’écologie politique, inédits pour trois d’entre eux. Contemporains de la Grande Dépression, d’Auschwitz et d’Hiroshima, ces textes incisifs offrent une clé de lecture très actuelle, humaniste et libertaire, de nos sociétés contemporaines, productivistes, consuméristes et techniciennes.

André CICOLELLA, Toxique planète.

La situation sanitaire du monde actuel n’a plus rien à voir avec celle qui prévalait il y a un demi-siècle : aujourd’hui, 63 décès sur 100 dans le monde sont le fait des maladies chroniques (maladies cardio-vasculaires ou respiratoires, cancers, diabète…) contre 37 de maladies infectieuses. Si l’inquiétante montée de l’incidence du cancer de l’enfant (+ 1% par an depuis trente ans en Europe) commence à être connue, on sait moins que les maladies chroniques menacent aujourd’hui non seulement les pays du Nord, mais l’ensemble de la planète : elles sont une véritable bombe à retardement en Inde et en Chine notamment. L’OMS   qualifiait en 2011 cette épidémie mondiale de maladies chroniques de « catastrophe imminente ».

Il est temps de comprendre et d’agir. Car les maladies chroniques ne sont ni un simple effet du vieillissement ni une fatalité. Notre monde de plus en plus toxique induit non seulement un développement de l’hermaphrodisme chez les ours blancs et des changements de sexes des poissons, mais il affecte aussi la santé et la reproduction humaine.

Clive HAMILTON, Les Apprentis-sorciers du climat.

En l’absence de volonté politique internationale, nous nous dirigeons selon la tendance actuelle vers une hausse globale de 3°C à 6°C en 2100, avec son cortège de catastrophes météorologiques et de souffrances dans les prochaines années. Faute de capacité à remettre en question notre modèle de développement et de consommation, les espoirs se tournent vers des technologies qui puissent refroidir la Terre. Telle est la promesse de la géo-ingénierie et de ses promoteurs, conduits par Bill Gates lui-même. Stockage du carbone, ensemencement des océans par des algues génétiquement modifiées, pulvérisation de soufre dans la haute atmosphère pour réfléchir les rayons du soleil, ce livre nous fait découvrir les projets et les expériences terrifiantes de ces "géocrates" (ingénieurs, scientifiques et hommes d’affaires) qui jouent aux apprenti-sorciers du climat.


[1] Au cours d’un colloque tenu en 2 000 à Cuernavaca, au Mexique, un certain Paul Crutzen se lève. C’est un grand chimiste de l’atmosphère - il est prix Nobel 1995 pour ses travaux sur la couche d’ozone -, et il entend dire son mot au sujet des bouleversements constatés sur Terre, à commencer par ces changements massifs provoqués par les activités humaines. Et selon lui, pas de doute : nous avons changé d’échelle de temps, car en effet, l’espèce humaine est devenue un agent physique de force géologique. Nous sommes dans l’ère Anthropocène. Du grec anthropos, qui signifie être humain

[2] Christophe Bonneuil est historien au CNRS et dirige la collection « Anthropocène » au Seuil. Il a notamment codirigé Une autre histoire des « Trente Glorieuses » et coécrit Sciences, techniques et société, La Découverte, 2013.

[3] Jean-Baptiste Fressoz est historien au CNRS et enseigne au King’s College de Londres. Il est l’auteur de L’Apocalypse joyeuse, Seuil, 2012.

[4] Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Christophe Bonneuil, Jean-Baptiste Fressoz, Le Seuil, 320 pages, 18.00 € TTC Source : Le Seuil


Publié sur OSI Bouaké le lundi 21 avril 2014



LES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE


L’événement anthropocène
13 août 2014, par didier   [retour au début des forums]

Au détour de votre lecture sur la naissance de l’anthropocène, vous découvrirez aussi pas mal d’info sur ce qui a conduit au choix des énergies consommées aujourd’hui ...par exemple la raison principale de ma promotion du pétrole (comme énergie numéro une à la place du charbon), n’est pas un rendement énergétique supérieur ou un prix plus faible...mais le fait qu’un puit et un pipeline n’ont pas de revendication sociale, et ne menace pas de faire grève... C’est bien pour "mater" et faire rentrer dans le rang les mineurs et les mouvements ouvriers que nous sommes rentrés dans l’ère du Pétrole !!