OSI Bouaké - L’ONU met en garde contre les enlèvements sous couvert d’adoption en Haïti Accueil >>  Adoption internationale et nationale

L’ONU met en garde contre les enlèvements sous couvert d’adoption en Haïti



La Dépêche - le 18/01/2010 15:29 | © 2010 AFP

Le comité des droits de l’enfant des Nations unies a mis en garde lundi contre les enlèvements d’enfants sous couvert d’adoption en Haïti, se déclarant "alarmé" de la situation dans ce pays dont près de la moitié de la population est mineure.

Le comité, "alarmé par les récentes informations faisant état de pillages et de violences", a réclamé dans un communiqué "des mesures efficaces pour protéger les enfants contre toutes les formes de violence et d’exploitation, y compris la violence sexuelle et les enlèvements sous couvert d’adoption".

Le comité, qui est actuellement réuni à Genève, s’est également dit "préoccupé par les milliers d’enfants séparés de leurs familles". "Un nombre important d’enfants ont été blessés et ont un besoin urgent de soins médicaux", a-t-il souligné.

Pendant les distributions alimentaires, il faut "veiller à ce que la nourriture parvienne aux plus démunis, et pas seulement à ceux qui sont les mieux placés pour la recevoir, c’est-à-dire le plus souvent les adultes", insiste par ailleurs le comité.

Des pays comme les Etats-Unis, les Pays-Bas ou la France ont exprimé leurs craintes pour la survie d’enfants haïtiens sur le point d’être adoptés.

La Haye, qui a rapatrié dimanche six enfants haïtiens adoptés, a affrété lundi un avion pour ramener aux Pays-Bas 109 enfants en cours d’adoption par des familles néerlandaises. Parmi eux se trouvent neuf enfants qui n’ont pas encore de famille adoptive.

Les Etats-Unis se sont de leur côté engagés à accélérer les procédures pour pouvoir faire sortir d’Haïti les enfants dont le dossier d’adoption est constitué.

En France, la pétition d’un collectif de parents attendant de pouvoir adopter en Haïti et qui réclament le rapatriement en urgence d’enfants a recueilli plus de 12.000 signatures.


VOIR EN LIGNE : La dépêche
Publié sur OSI Bouaké le mercredi 20 janvier 2010

LES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE


L’ONU met en garde contre les enlèvements sous couvert d’adoption en Haïti
20 janvier 2010, par didier   [retour au début des forums]

Je vous livre la fin d’une dépèche AFP, datée d’hier soir... "Lundi, les autorités américaines avaient annoncé un assouplissement des procédures d’adoption pour les orphelins haïtiens en autorisant leur transfert sur le sol américain sans qu’ils aient besoin de passeport ou de l’ensemble des pièces administratives délivrées par Haïti" ces derniers mots me semblent être une porte ouverte à tous les abus... Visiblement la concurrence fait rage en Haïti, la "chasse" au orphelins est ouverte...quel pays occidental, adoptera t il le plus d’enfants haïtiens ?

L’ONU met en garde contre les enlèvements sous couvert d’adoption en Haïti
20 janvier 2010, par Sand   [retour au début des forums]

Et aujourd’hui, Libération annonce la décision de Sarkozy qui a déclaré : « Compte tenu de la détresse et de la préoccupation légitimes des familles d’adoptants en Haïti, et par dérogation aux procédures habituelles, les enfants haïtiens pour lesquels un jugement a été rendu (dernière étape du processus avant l’obtention du visa pour le départ de l’enfant, ndlr) pourront faire l’objet de transferts vers la France ». L’affaire est donc pliée pour les enfants déjà en processus d’adoption, malgré le fait que les dossiers aient été perdus ou détruits et qu’il n’existe à ce stade aucun moyen de vérifier l’identité des enfants qui vont ainsi être adoptés. Il est fort possible de penser que dans un tel chaos, et étant donné les pratiques mercantiles des responsables d’orphelinats haïtiens (déjà connues des autorités françaises), un certain nombre d’enfants aient été perdus de vue et seront substitués par ceux qu’ils auront sous la main. Par ailleurs, je remarque que c’est au nom de la détresse des postulants que cette décision a été rendue.

Quant aux autres enfants, les appels à la prudence, à la réflexion préalable et à ne pas agir dans l’urgence restent de mise.