OSI Bouaké - Greenpeace intercepte le Clemenceau au large des côtes égyptiennes Accueil >>  Zone Franche

Greenpeace intercepte le Clemenceau au large des côtes égyptiennes


Mots-Clés / Activisme

L’association Greenpeace a intercepté le porte-avions Clemenceau ce matin, à 7h30, à 90 miles nautiques de l’entrée du canal de Suez. Deux militants, un Français et un Danois, sont montés en haut du mât du navire. L’association écologiste demande à l’Egypte, signataire de la convention de Bâle, qu’elle refuse au Clemenceau l’accès au Canal de Suez afin de bloquer le remorquage du navire vers l’Inde où il doit être démantelé.

Participez à la cyberaction


VOIR EN LIGNE : Greenpeace France
Publié sur OSI Bouaké le jeudi 12 janvier 2006



LES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE


12 janvier 20h12 : L’egypte refuse au Clemenceau l’accès au canal de suez !
12 janvier 2006, par didier   [retour au début des forums]

L’Egypte refuse l’accès au Canal de Suez au Clemenceau, quelques heures après l’opération de GreenPeace...

"Nous avons décidé d’interdire au Clemenceau de pénétrer dans les eaux territoriales égyptiennes dans l’attente d’un document attestant qu’il ne transporte pas des déchets dangereux", a déclaré Le directeur de l’agence égyptienne pour l’environnement, Mohammed Sayyed Khalil conformément aux termes de la convention de Bâle.

à mon avis, l’Egypte a un truc à négocier avec la France...et va l’autoriser dans quelques jours...mais c’est fun !

15 Février : après sa tournée d’adieu...le Clémenceau revient à Brest...
15 février 2006, par didier   [retour au début des forums]

d’apres une dépèche de Reuters de ce jour : "Le président Jacques Chirac a mis un terme provisoire mercredi matin au feuilleton diplomatico-judiciaire du Clemenceau en ordonnant le rapatriement de l’ancien porte-avions dans l’attente d’une "solution définitive" pour son démantèlement.

Lundi, la Cour suprême indienne avait refusé l’entrée du Clemenceau dans les eaux territoriales de l’Inde dans l’attente d’une nouvelle expertise sur les substances contenues dans la coque du porte-avions, désarmé en 1997.

Mercredi matin, avant l’annonce présidentielle, le Conseil d’Etat français avait suspendu le transfert du Clemenceau vers le chantier indien d’Alang, où il devait être désamianté"...

pour paraphraser "Coluche"...j’ai envie de dire : "rigolez pas, c’est avec votre pognon !"... :-(