OSI Bouaké - Décès du photographe Miroslav Tichý Accueil >>  Zone Franche

Décès du photographe Miroslav Tichý


Mots-Clés / Photographie

Paris, le 15 avril 2011, Art Media Agency -

Le photographe tchèque Miroslav Tichý est mort le 12 avril 2011 à l’âge de 85 ans. Il avait été reconnu au début des années 2000 notamment grâce à Harald Szeemann qui l’exposa à la biennal de Séville en 2004. Puis en 2005 il obtient le prix « Découverte » aux rencontres de la photo en Arles, et en 2008 le centre Pompidou lui consacre le quatrième étage. Ultime consécration de son vivant en 2010 où il expose à l’International Center of Photography de New-York.

Si cette icône de la photographie a mis tant de temps à se faire reconnaître c’est par choix. Né en 1926 en Moravie, Tichy doit arrêter ses études à l’Académie des arts de Prague avec l’arrivée des communistes dans les années cinquante. Il adopte alors une position de repli et part s’isoler dans la petite ville de Kyjov. Il abandonne la peinture et commence la photographie.

Le manque de moyen le pousse à créer lui-même ses propres appareils, ses propres objectifs et à développer ses clichés lui-même. Considéré comme « subversif » face au régime, il a souvent été interné ou incarcéré. Le photographe travaillait principalement sur un sujet : les femmes. Une fois développées et agrandies avec ses propres moyens, Tichy aimait vivre avec ses clichés, parfois froissés, flous, ou encore tachés par du café.

Plusieurs ouvrages ont été publié à son sujet, le sortant de l’Art Brut pour replacer sa démarche dans l’Art contemporain. Dans les ventes publiques ses clichés sont adjugés entre 1000 et 7000€. Une cote qui mériterait mieux, reste à savoir comment ses droits vont être gérés. Sa légataire Jana Hebnarova, et la Fondation Tichý-Ocean qui s’occupent de lui depuis des années, vont gérer ses droits dans un contexte difficile face à ceux qui tentent de s’approprier son œuvre.


VOIR EN LIGNE : AMA
Publié sur OSI Bouaké le mardi 19 avril 2011



LES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE


Décès du photographe Miroslav Tichy
19 avril 2011, par didier   [retour au début des forums]

Je me souviens précisément de ce jour d’ Aout 2008, où tu m’as prescris une visite à Beaubourg pour découvrir cet artiste dont j’ignorais tout : Miroslav Tichy !! Je vais à Beaubourg le lendemain soir, intrigué, curieux... Quand j’ai commencé à regarder les photos de Tichy, photos floues, abimées, c’est vrai que je me suis demandé si je n’avais pas affaire à un énième “snobisme"...et puis le coté obsessionnel du sujet...a commencé à faire monter en moi quelque chose...alors je suis reparti du début pour m’attarder davantage sur ces photos. Et j’ai vu les appareils photos à l’entrée de l’expo que je n’avais pas regardé en rentrant...et là j’ai commencé à être SAISI, c’est le mot le plus approprié...puis Tichy photographié avec ses appareils en main, ...je suis resté longtemps, longtemps...écoutant et regardant Miroslav (la vidéo), retournant voir chaque photo (chez Tichy l’oeuvre et le personnage sont vraiment indissociables) Le fait que je soit collectionneur d’appareils photo a sans doute rajouté au choc que j’ai subit en découvrant ses appareils et la façon dont il construisait lui même ses optiques, développait ses photos...mais je me souviendrais longtemps de ce qu’il dit de la lumière, de sa démarche, de son histoire, cette vidéo je peux la regarder en boucle... Bref...je me souviens précisément de mon état,...je suis ressorti de Beaubourg comme possédé parce que j’avais vu, presque KO, suffoqué par ce trop plein d’émotions... Merci encore à toi, Sand, ...grâce à toi, Tichy est et restera un des grands chocs artistique de ma vie !

Alors au delà de la tristesse que m’inspire la triste nouvelle de son décès, cette brève a surtout pour but de faire partager cette découverte à ceux qui ne connaitrait pas encore Miroslav Tichy

Précipitez vous sur son site

Décès du photographe Miroslav Tichý
24 avril 2011, par Sand   [retour au début des forums]

Je me souviens précisément de ce jour d’aout 2008, où j’étais allée à Beaubourg pour y voir tout autre chose... et de mon état extatique en sortant de l’expo Tichy. Je me souviens de la vitrine dans laquelle étaient présentés quelques uns de ses appareils hallucinants et le film qui tournait en boucle dans l’expo, qui permettait de faire connaissance avec l’artiste et son oeuvre hors du commun. Je me souviens de ses tirages poétiques, tachés, gravés, grattés. C’était le bonheur rare d’une rencontre avec une oeuvre inédite et un artiste totalement singulier. Un grand privilège, une rencontre d’exception. De profundis.